Accueil

Mettre les idées au centre de l'activité de la classe

Qu'ont en commun des ingénieurs qui conçoivent un prototype d'automobile électrique, des enseignants qui développent des approches pour améliorer l'apprentissage de leurs étudiants, des intervenants du milieu de la santé qui élaborent de nouvelles techniques pour que les soins offerts aux patients soient de meilleure qualité, et des élèves qui essaient de comprendre les éléments qui entrent en jeu dans un conflit tel que celui qui sévit entre l'Israël et la Palestine? Dans tous les cas, les personnes impliquées ont l'occasion de travailler à partir d'une idée qui leur est cher et dont elles désirent améliorer la compréhension. Dans tous les cas, les personnes cherchent à mieux comprendre le monde qui les entoure par l'investigation d'une question ou d'un sujet qui les préoccupe.

La coélaboration de connaissances implique l'amélioration du savoir collectif. Considérant cela, la principale visée d'une telle communauté constitue davantage l'avancement et la progression de ses propres connaissances que le développement des connaissances individuelles. Bien sûr, en travaillant à l'amélioration du savoir collectif, les individus effectueront par le fait même des apprentissages. Ceci étant dit, le défi réside dans le déploiement de la capacité collective afin d'atteindre un niveau de compréhension qui ne pourrait être atteint individuellement.

En éducation, on utilise souvent la métaphore de l'élève-chercheur pour représenter une communauté de coélaboration de connaissances. On pourrait aussi comparer le fonctionnement de la classe oeuvrant dans une telle dynamique à celui d'une véritable équipe de recherche puisque c'est l'effort et la capacité de tous les participants qui sont mis à contribution.